CAUSE DE BEATIFICATION DU PERE HERMANN COHEN
Carme déchaussé

  

Introduction de la cause du P. Hermann

Chers amis,

Le mardi 19 janvier 2016, à 10 heures du matin, Monseigneur Jean-Pierre Ricard, Archevêque de Bordeaux et Bazas, a introduit dans son diocèse la cause de béatification du Père Augustin-Marie du Très Saint Sacrement.

Il a constitué un tribunal chargé d’instruire la cause, et les membres de celui-ci ont prêté serment.

Voici la liste de leurs noms et de leurs charges :

  • M. le chanoine Daniel Bertaud, délégué épiscopal,
  • M. l’abbé Michel Morell, promoteur de justice,
  • Le R. P. Jean-Édouard Gatuingt, notaire,
  • Sœur Anne-Marie Quievy, notaire adjointe,
  • M. l’abbé Bernard Peyrous, président de la commission historique,
  • Le R. P. Stéphane-Marie du Cœur de Jésus, expert historique,
  • M. Louis Faivre d’Arcier, expert historique.

Ce fut là une étape décisive dans le procès de béatification et un motif d’action de grâces, puisque l’Église reçut officiellement la requête de l’Ordre des Carmes déchaux. Des témoins de la réputation de sainteté du Père Hermann et des fidèles ayant reçu par son intercession des grâces commencent à être interrogés.

Ceux qui souhaitent témoigner sont priés de s’adresser à l’abbé Bertaud (Archevêché, 183, cours de la Somme 33800 BORDEAUX) ou au frère Yves-Marie du Très Saint Sacrement, vice-postulateur de la cause (couvent des carmes 33, av. Jean Rieux 31500 TOULOUSE).

De son côté, la commission historique va consulter les fonds d’archives afin d’examiner la vie du Père Hermann en la replaçant dans le contexte de l’époque et d’émettre un jugement sur sa sainteté. Le Père Stéphane-Marie est en train de rédiger une biographie critique qui complètera celle que le chanoine Sylvain avait écrite en 1880 et servira de fondement à la positio présentée lors du procès.

L’élément déterminant pour attester la sainteté du converti de l’eucharistie sera le miracle obtenu par son intercession. Prions et adorons Jésus dans le Saint Sacrement de l’autel, comme le Père Hermann nous a exhorté à le faire.


P. Yves-Marie du Très Saint Sacrement, o.c.d.

Vice-postulateur de la cause du P. Hermann



Lettre aux amis du P. Hermann

JM   JT

Toulouse, janvier 2015

 Chers amis du père Hermann,

 “La nature l’avait fait grand artiste. La grâce sut faire de lui un grand chrétien et un saint religieux”.

Cet éloge de Mgr de La Bouillerie à l’égard du père Hermann exprime notre propre conviction. Remarquablement doué pour la musique et la vie sociale, Hermann Cohen fut saisi par le Christ présent dans le Saint Sacrement de l’autel et mit sans retour ses talents au service du Royaume. Sa vie est un message adressé à nos contemporains pour plusieurs motifs. Non seulement Hermann Cohen fit l’expérience d’une conversion radicale par la rencontre providentielle de Jésus Eucharistie au cours d’un salut du Saint Sacrement et ensuite par l’appel à l’intériorité du Carmel, qu’il rejoignit peu après, mais il est aussi le témoin de la rencontre de la culture et de la foi dans sa propre vie. Il est surtout resté l’apôtre de l’adoration eucharistique, qui est un des piliers de la nouvelle évangélisation, ainsi qu’en témoignent les nombreuses et heureuses initiatives d’adoration perpétuelle en France aujourd’hui.

À ces différents titres, il importe de mieux connaître et faire connaître cette figure de l’Église de France, et plus précisément du Carmel au XIXème siècle. Pour introduire la cause au diocèse de Bordeaux, nous sommes maintenant en quête de témoignages sur sa réputation de sainteté ou tout simplement sur l’intérêt qu’il suscite chez les fidèles. Si vous avez reçu des grâces attribuées à son intercession ou si sa vie vous touche et vous encourage dans votre propre vie chrétienne, n’hésitez pas à nous en faire part à cette adresse postale :

Monastère des carmes

Cause du père Hermann

5, Le Broussey Sud

33410 RIONS

 
ou à cette adresse électronique :

 causeduperehermann@gmail.com

Nous vous en sommes déjà reconnaissant et vous assurons de notre prière,

fr. Yves-Marie du Très-Saint-Sacrement o.c.d.,

vice postulateur



 Père Hermann et l'action de grâce

Le père Hermann, dans son amour de l’Eucharistie, mit l’accent sur l’attitude de reconnaissance nécessaire aux adorateurs. C’est pourquoi il eut l’initiative de fonder des confréries de l’Action de grâce dans lesquels les membres partageaient leur motif de gratitude envers Dieu. L’archiconfrérie fut érigée par le cardinal de Bonald, archevêque de Lyon le 15 décembre 1859, et approuvée, bénie et enrichie de nombreuses indulgences par le Pape Pie IX (bref du 10 février 1860).

Le P. Hermann nous dit quels sont l’objet et l’esprit de cette archiconfrérie :

 
“Objet de la confrérie.

Rendre grâce au Tout-Puissant pour ses dons, et par-dessus tout pour Celui qui est spécialement le don de Dieu, l’eucharistie, qui donne aux hommes tous les trésors de son amour infini, et qui plus est, de tous les bienfaits, le plus grand ; compenser l’effroyable ingratitude du très grand nombre d’hommes qui oublient le devoir de gratitude envers Dieu ; remercier le Seigneur pour tous ceux qui ne disent jamais “Merci !” après avoir été favorisés de ses dons les plus précieux ; rendre grâce sans cesse à la Très Sainte Trinité pour les inestimables bienfaits tant spirituels que temporels, dont elle n’a jamais cessé de combler, depuis la création du monde, les enfants des hommes, et spécialement les catholiques ; tel est l’objet de cette confrérie.

Esprit de la confrérie.

L’Eglise ne peut pas rendre d’action de grâce plus agréable à Dieu que par Jésus-Christ réellement présent sur nos autels dans la divine Eucharistie, où Il est à la fois Pontife et Victime ; car l’Eucharistie n’est pas seulement le don de Dieu aux hommes, mais elle est aussi le sacrifice que les hommes offrent à Dieu ; et, en tant que sacrifice d’action de grâce, elle est le seul qui soit digne de Dieu, qui soit juste, équitable, salutaire et égal aux bienfaits reçus, tant pour sa grandeur que pour sa valeur. Dieu repousserait l’hommage de notre gratitude, s’il ne lui était offert par notre Divin Médiateur, Son Fils bien-aimé, en qui Il prend un plaisir infini. C’est la raison pour laquelle la confrérie offre toutes ses actions de grâce par le Cœur de Jésus immolé dans le Sacrement de Son Amour.

L’unique obligation des confrères est la récitation quotidienne, comme action de grâce pour tous les hommes, de trois Notre Père, trois Je vous salue Marie et de trois Gloria.

Parmi les exercices proposés se trouvent 1) une messe mensuelle d’action de grâce, 2) une journée d’adoration assurée par les confrères chaque semaine 3) une semaine d’action de grâce par an pendant laquelle un membre “offre à Dieu, en action de grâce, toutes ses prières, médiations, aumônes, communions et autres bonnes œuvres” et 4) “pratique habituelle de l’offrande au Seigneur, en action de grâce pour les bienfaits reçus, de toutes les aumônes, communions et autres bonnes œuvres”.

 
Chacun sera invité à partager ses motifs d’action de grâce :

 
“Un registre est déposé au siège de la Confrérie pour les fidèles qui désirent faire connaître les grâces spirituelles ou temporelles qu’ils ont reçues. Ces nouveaux bienfaits sont annoncés aux réunions mensuelles, afin que tous les membres puissent en rendre grâce à Dieu en commun”.

 
Que cet esprit d’action de grâce et de reconnaissance soit en nos cœurs comme il était en celui du père Hermann.



 Père Hermann au Broussey

Une cérémonie privée a réuni les Frères Carmes de la Province d'Avignon-Aquitaine, le 15 Avril 2010, pour assurer dignement le transfert des restes mortels du P. Hermann.

Le P. Augustin-Marie a été conventuel de ce monastère du Broussey et il repose désormais dans un tombeau situé à l'entrée de l'Eglise conventuelle.

Après la lecture du passage biblique des ossements desséchés qui retrouvent vie au dernier jour, N.P. Provincial a donné une homélie puis les maçons ont refermé avec une lourde dalle de pierre le caveau du P. Hermann.

Pendant ce temps les Frères ont chanté le cantique ecce panis angelorum  composé par notre P. Hermann.


Photos :